Histoire

Pour la rédaction de cet article, nous avons largement puisé dans l’ouvrage de Jean Bosse et Ernest Pays, L’église Saint-Etienne Braine-l’Alleud, Histoire de l’église, des origines à nos jours, édité en 1992 par l’Association du Musée de Braine-l’Alleud.

« C’est toujours un plaisir de partir à la découverte du passé, surtout lorsqu’il s’il s’agit du monument dont les pierres et les briques sont le reflet de la vie de toute une commune et de la foi d’une communauté paroissiale depuis tant de siècles. » Doyen Eric Hage, dans sa préface à l’ouvrage précité. 

Eglise St-Etienne aujourd’hui

C’est effectivement depuis fort longtemps que notre église, construite de pierres et cimentée de foi, s’est dressée pour accueillir les pierres vivantes de l’Église que nous essayons d’être aujourd’hui encore ! 

  • Au 12ème siècle déjà, les premiers écrits mentionnent notre paroisse d’abord et puis son église dont un vestige de mur d’un chœur roman fut dégagé lors des travaux d’installation du chauffage en 1963 ! Comme dans beaucoup de villages, un cimetière vint ceinturer l’église dont la superficie devait être appréciable puisque ces écrits parlent de deux chapelles et autels dédiés à saint Etienne et à Notre Dame. Et durant les premiers siècles après son érection, plusieurs Seigneurs brainois y furent inhumés – à l’intérieur ou dans le cimetière suivant leur statut social ou financier -.

Nous retrouvons quelques pierres tombales dans le portail.

  • Entre le 15ème et le 20ème siècle, l’église subit tour à tour destruction, reconstruction, agrandissement, embellissement, … la dernière grande restauration datant des années 1973-1974 pour l’intérieur et 1987 pour certaines parties extérieures. 

Quelques dates importantes de ces travaux sont visibles dans l’église :

1550 –  élévation ou redressement des colonnes du transept – à côté d’un maillet sur le fût d’une demi-colonne du croisillon nord du transept ;

1742 – agrandissement de l’église – sur une console au nord de la nef ;

1762 –  construction de la tour – sur une niche de la tour ;

1763 – construction du jubé – sur la voûte du jubé donnant sur la nef ;

1973 dernière restauration de l’église – sur la voûte. 

Épinglons ici DEUX EVENEMENTS ayant trait à la mission de cette église : 

  1. Sa fermeture au culte entre 1797 et 1801 suite au coup d’état du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) ; elle sera transformée en temple de la Déesse Raison jusqu’au Concordat de 1801. Le curé et les vicaires, qui avaient refusé de prêter le serment de haine à  la Royauté, passèrent dans la clandestinité.
  2. Son accueil des blessés au lendemain de la bataille de Waterloo en 1815.

« Le lendemain et le surlendemain de la bataille, des femmes soignèrent les blessés dans l’église de Braine-l’Alleud où Jossart, médecin à Ophain, et Amandeau opéraient les blessés sur des bottes de paille. Les femmes allaient au chiendent, c’est-à-dire récoltaient les racines de ces plantes dans les campagnes pour y faire du thé qu’elles donnaient aux victimes du 18 juin. Le dévouement des Sœurs appelées Pauvres Marolles fut admirable ; elles donnèrent tout le llinge disponible pour faire de la charpie. Elles furent félicitées publiquement sur la place de l’hôtel de ville par le docteur Amandeau. »

Lucien Laudy, Les Lendemains de Waterloo, p. 27

Cet événement est rappelé à deux endroits de l’église :

Sur la façade, une plaque en bronze mentionne que l’église a servi d’hôpital au lendemain de la bataille du 18 juin 1815.

A l’intérieur, sous le jubé, un bas-relief en bronze, œuvre du sculpteur Albert Desenfans, représente Simon de Cyrène aidant Jésus à porter sa croix.

En décembre 1983, notre église a été classée comme monument en raison de sa valeur historique et artistique.

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :